jeudi 5 mars 2009

COCO ULTRA

Dimanche, jour saint, la bouche du métro déverse son flot de pèlerins rouges et bleus. La foule converge d'un pas assuré vers le temple sacré du football. Les regards sont solennels, la tension est palpable, les paroles se font rares et au loin, le grondement sourd et mystique des tambours émanant des travées du parc des princes lance un ultime appel à la prière. Les 40000 fidèles prennent place dans les tribunes et entament leur psalmodie.

Notre club qui es au sommet de la L1,
que ton nom soit sanctifié,
que ta passe soit millimétrée,
que ton dribble soit chaloupé,
que ton règne vienne,
que la ligue des champions soit au bout de la saison.
Donne-nous aujourd'hui notre victoire de ce jour.
Pardonne-nous nos sifflets,
comme nous te pardonnons aussi tout ces tirs non cadrés.
Et ne nous soumets pas à la pression,
mais délivre nous de la relégation.
Enculé !

Partout, des cierges rouges illuminent puis enfument les tribunes. Au fur et à mesure que la fumée se dissipe, elle laisse apparaître les 11 disciples tous de shorts vêtus, muscles saillants et torses bombés, foulant la pelouse fertile du stade. Le ton solennel laisse alors place à des scènes de liesses exacerbant les chants des supporters tandis que le mégaphone sur pattes exhorte la foule à s'égosiller encore plus fort. ICI C'EST PARIS ! Est-il besoin de le rappeler ? Oui, il est besoin, car à chaque match, des belligérants aux croyances douteuses investissent la tribune visiteurs et provoquent les fidèles parisiens en brandissant leurs étendards aux couleurs criardes.

De tout temps, les croyances ont engendré des guerres cruelles et sans merci. Les manuels d'histoire annoncent la fin de ces conflits en France en 1787... l'Equipe continue pourtant encore aujourd'hui à relater les conflits qui opposent le nord au sud, le bleu marine au bleu ciel, les princes aux cyclistes, les St-Germains aux Olympiens. La guerre froide fait rage, et les fidèles parisiens tentent d'exorciser non sans courtoisie les impies marseillais sous l'emprise du Malin en prononçant les paroles dictées par le Divin : "Canebiera madre fornicare".

La ferveur communicative envahit les kops et les virages jusqu'à la 45ème minute où vient le moment de la communion. L'homme sandwich prend alors les barquettes de frites ; et, après avoir rendu grâces, les donne aux supporters, en disant : Prenez, mangez, ceci est mon corps. Il prend ensuite les packs de 1664 ; et, après avoir rendu grâces, il leur donne, en disant : Buvez-en tous ; car ceci est mon sang, le sang de l’alliance.

Au retour des vestiaires, et selon le résultat au tableau d'affichage, la tension fluctue. Après avoir entendu les sages paroles du prophète Le Guen, les disciples reviennent plus déterminés que jamais et se donnent jusqu'au bout de leurs forces poussés par les chants des supporters. Lorsqu'au coup de sifflet final, le PSG s'impose, la foule laisse exploser sa joie, l'exaltation est intense et envahit le cœur de chacun. Hommes et femmes, mineurs et majeurs, chômeurs dynamiques et cadres en fin de droit, bobeaufs et racailles, alcooliques repentis et fumeurs de gitanes, seuls ou en meute, Auteuil et Boulogne, policiers ripoux et délinquants honnêtes, qu'elle soit bonne ou mauvaise, les supporters ont la foi, l'essentiel est là.

Alléluia !
video

Partager

18 commentaires:

  1. Excellent!! Moi qui pensais être athée... En fait je suis un intégriste !!

    Let's Go !! Ici c'est PARIIIIIISS !!

    RépondreSupprimer
  2. Alléluia mes frères parisiens !
    Au nom du P, au nom du S, au nom du G
    Amen (le PSG à la gloire)

    RépondreSupprimer
  3. C'est tellement beau quand tu le racontes que ça me donnerai presque envie de devenir supportrice ! :D

    (d'autant plus que le seul match auquel j'ai assisté dans un stade était un match de l'OM au stade Vélodrome, honte sur moi)

    RépondreSupprimer
  4. Les dix commandements du supporter parisien :

    - Ton écharpe tu brandiras !
    - Ta voix tu casseras !
    - Les fumigènes tu allumeras !
    - Des mains tu claqueras !
    - De joie tu éclateras !
    - De peine tu pleureras !
    - Des buts tu voudras !
    - Hoarau tu aduleras !
    - Des banderoles tu exposeras !

    Et le Marseillais tu ENCULERAS !!!

    RépondreSupprimer
  5. Il faudrait que je pense sérieusement à me convertir!!!

    RépondreSupprimer
  6. il faut absolument que maxime te lise!!
    et peut-être il méditeras!!

    RépondreSupprimer
  7. Super bien écrit ce texte.
    J'adore. =)

    RépondreSupprimer
  8. Lyon vient de perdre contre Auxerre. Paris peut-il prendre la place de leader du championnat pour la dernière ligne droite ?!
    Allez les gars, ça fait 15 ans quer l'on a pas eu une si belle équipe.
    William

    RépondreSupprimer
  9. Ah ouais quand tu parles de "Gorilles dans la brume" c'est vraiment ça !
    Et vous finissez par voir la pelouse ou pas ? :D

    RépondreSupprimer
  10. Ce jour là, j'aurais préféré ne pas la voir !! (la pelouse) !! Sniiiff

    RépondreSupprimer
  11. très enthousiasmant cette vidéo! dommage que le résultat du match ne l est pas été aussi! :-(

    RépondreSupprimer
  12. Quel lyrisme Coco, c vrai que vu comme ça ça donne presque envie de partir en guerre...sauf que bon, lyrique ou pas, malgré le nombre de supporters présents et malgré la liesse ambiante Vous vous êtes quand même fait niquer...en plus j'ai vu le match chez cradou qui en bon supporter marseillais était très content ... mais beau franchement le texte est vraiment beau... Vivement ton mariage que tu nous fasses un beau discours sur la vie de couple dans les tribunes du PSG ...
    Bise - Emilylyly

    RépondreSupprimer
  13. petit article en liaison : http://img201.imageshack.us/img201/227/fumigne.gif
    have fun :)
    et rien à foutre ALLLEZ PARIS !!!!

    RépondreSupprimer
  14. allez!!! le PSG!!!
    Ça donne envie de venir voir des match,je pense que je vais prendre des places pour mes neveux et moi...

    RépondreSupprimer
  15. bonjour coralie, ta mère qui est une collègue de mon père m'a donné l'adresse de ton blog en me précisant ta passion pour paris..je te laisse mon facebook si tu veux: nicolas philippe, si tu n'as pas, mon mail: neomathers@hotmail.com
    A bientot

    RépondreSupprimer